Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Top articles

  • Septembre de mai, par Yannick Glaas

    29 octobre 2010 ( #Textes )

    Une contribution amicale de Yannick Glaas à retrouver ici Septembre de mai On ne fait un bon-vivant que chenille, lochée à une feuille de muguet peu avant : on décime, les autres fleurs, aux vents, tristes sans attaches tant qu'à faire qui ne vaille la...

  • Parataxes, de Yannick Torlini

    23 octobre 2010 ( #Textes )

    On s’enferme dans des carcasses De chair on se cloisonne loin De tout ça Depuis la porosité des murs Depuis la conque des jours lents (Une parodie de soi) La langue progresse – essaie – La langue se déchire sur le seuil La langue vient Une transparence...

  • J'irai pisser sur ma vie en attendant la retraite, de Tristan Solman

    18 octobre 2010 ( #Textes )

    Si on a tous la même situation la même place le même corps peut-être pas les mêmes particularités mais le même fonctionnement général si on a tous ce même et unique rythme global dans notre façon d’habiter de meubler ce monde ou de s’y creuser un trou...

  • Fragments, de Yannick Torlini

    17 octobre 2010 ( #Textes )

    Ça voulait ramper noir, jusque dans le creux de la gorge qui se déployait, lente, à vif, sur un cadastre de nerfs. Fourmillements des chairs, la fenêtre éclatait sa nuit sur le mur. Terne : on n’y voyait plus. On voulait, mais peu. Plus beaucoup, pas...

  • Déchiré, de JD Lemarié

    15 octobre 2010 ( #Textes )

    Lecture de Jean-David Lemarié Déchiré En quelques mots l’utérus Poème clôt écartelé Comme un vivant j’éclos Quand je veux Où je veux Pantagruélique Comme un vivant l’utérus En quelques mots bien placés Comme des bombes Dans les coins qui font des trous...

  • Echos, de Yannick Torlini

    11 octobre 2010 ( #Textes )

    Passe encore un peu pourtant passe mortier de nos vies à l’emporte-pièce passe ni quoi mais pourtant : une passerelle même et le peu de voix qui s’échappe par tous les pores partout dorénavant passe un terreau de sons pris dans la nasse même de la langue...

  • Golem, de J-D Lemarié

    11 octobre 2010 ( #Textes )

    Golem présenté sur le blog de Yannick Glaas : ici Le silence ! et le froid chez moi qui gémit Tu le sens ?! qui glisse au creux de tes bras Sur le bord des fenêtres grises ! Et ton œil Coule. Et se déchire ! J’entends les cris noirs Du béton, le bruit...

  • Une patrouille de cercles, de Laura Vazquez

    21 juin 2013 ( #Textes )

    Il y a une femme qui est là pour rire Il y a une femme et elle est venue pour rire Elle est venue pour tirer les cartes et pour rire Il y a une femme elle a des dizaines d’enfants et elle les aime Elle est venue avec ses enfants, parce qu’elle a des enfants...

  • Un Nom (3), de Yannick Torlini

    19 juin 2013 ( #Textes )

    Déserter et la langue et la terre, les dunes le sable et ces voix qui emplissent la bouche. Déserter toujours Tarik sait qu’il s’agit de déserter, partir, rendre les armes comme chacun doit rendre les armes à vingt-cinq ans, et seulement avancer, déserter....

  • Un nom (2), de Yannick Torlini

    14 juin 2013 ( #Textes )

    Tarik est jeune, il est un homme. Tarik a vingt-cinq ans hier, et parfois cinquantevingtcinq ans lorsque la nuit est lourde, la région inhospitalière, les jours passés à dormir à même le sol douloureux dans sa nuque, et le sable, les bottes, le sentiment...

  • Un nom, de Yannick Torlini

    10 juin 2013 ( #Textes )

    Tarik a une langue. Tarik est jeune, il est perdu à vingt-cinq ans comme tous les jeunes sont perdus à vingt-cinq ans. Mais Tarik a une langue. Une langue emmêlée, tressée, perdue. Tarik a une langue et un nom. Une langue comme le chemin, en mouvement,...

  • Nous avons marché (5), de Yannick Torlini

    01 juin 2013 ( #Textes )

    nous avons marché et marché et marché sans cesse l’œil et l’oreille attentifs à tout changement à tout glissement imperceptible dans cette condition non-renouvelable chaque matin la colère la sainte colère qui nous a fait marcher et marcher et marcher...

  • Nous avons marché (4), de Yannick Torlini

    28 mai 2013 ( #Textes )

    nous avons marché et marché et marché encore oui nous avons crevé encore et plus loin que le temps plus loin nous avons crevé ici où il fait très froid où il fait très sol et très seuls nous avons crevé sous vos yeux qui refusent de voir et même dans...

  • Nous avons marché, mise en voix par Franck Oslo Deauville

    23 mai 2013 ( #Textes )

    Une mise en voix du texte "Nous avons marché" de Yannick Torlini, par Franck Oslo Deauville, lors de l'émission "Une étoile dans la gorge" N°14, sur Radio Soleil 35 Le texte commence à 5:18 http://zoorama.blogspot.fr/2013/05/une-etoile-dans-la-gorge-...

  • Nous avons marché (3), de Yannick Torlini

    23 mai 2013 ( #Textes )

    nous avons marché et marché et marché et vous nous avez haïs pour cela vous nous avez haïs et souhaité notre disparition notre mort et les larmes chaque matin ravinant nos joues les larmes et le sel sur la plaie et toutes les solitudes possibles nous...

  • Nous avons marché (2), de Yannick Torlini

    20 mai 2013 ( #Textes )

    nous avons marché et la peau nous a fait mal nos langues nous ont étouffés nos cris se sont étranglés nos pieds se sont déformés nous avons marché et marché et marché nous avons beaucoup rêvé aussi beaucoup rêvé tandis que quelque chose nous tuait nous...

  • Nous avons marché, de Yannick Torlini

    18 mai 2013 ( #Textes )

    nous avons marché chacun à notre rythme chacun selon ses enjambées et par-delà le monde par-delà la souffrance le quotidien l’impasse des jours creux nous avons marché et appelé et crié quand souvent plus rien ne crie quand souvent plus rien nous avons...

  • Tapages a reçu : N de Philippe Jaffeux

    12 mai 2013 ( #Actualités )

    Les éditions Passage d’encres viennent de publier N, de Philippe Jaffeux, le second volet du vaste et très intéressant projet d’écriture poétique sur l’alphabet (un livre par lettre), sur lequel travaille l’auteur. Second volet, en effet, car O/L’an avait...

  • ça commence, de Yannick Torlini

    07 mai 2013 ( #Textes )

    Ça commence ici pas très loin ça commence où quelques années le néant pas très loin pas très loin et les années ou les secondes ou juste le temps de, et les années comment les vides s’entrechoquent comment les vides ça se mélange fusionne explose s’entrechoque...

  • Ici (8), de Yannick Torlini

    01 mai 2013 ( #Textes )

    et changer jusqu’au présent même changer, la façon d’habiter le corps. d’inventer, de nouvelles terres, de nouveaux alphabets, d’autres façons de s’aimer, et une idée différente du temps. mais les murs, se sont toujours refermés sur vous, camarades. se...

  • à propos

    27 avril 2013 ( #Actualités )

    « Dans les textes publiés ici, on voit bien ce que Yannick Torlini entend par la malangue (ma langue, mal-langue...) : la mettre à mal pour se l'approprier, et ce faisant, pour la mettre à bien, si l'on peut dire. Il s'agit donc de "tirer la langue de...

  • Une balbutiante émeute de voix, par Serge Ritman

    17 avril 2013 ( #Textes )

    la voix la route tourne la route la voix je te prends en voix tu me rends nous irons nous rirons en Laponie en Cacophonie en Illyrie toutes voix dehors je rentre mes envois tu me rends mes renvois nous rirons en route nous irons en tournée avec les Samis...

  • Ici (6-7), de Yannick Torlini

    13 avril 2013 ( #Textes )

    se briser contre les murs, disloquer les : maçonneries de chairs ici, plus avant tomber, plus en-dessous que vivre, chaque respiration amorcée chaque. ici les fusils, bombes, mitraillettes, molotov, et cette façon plus qu’ancestrale, plus qu’industrielle,...

  • Ici (5), de Yannick Torlini

    07 avril 2013 ( #Textes )

    ou bien : ne plus tenir cette position, ne plus admettre la gangrène du présent, et cette succession de maintenant + ici + chaque jour + demain ou bien, l’auto-persuasion : le monologue de votre peau, jusqu’au silence. ici la lutte est avant tout, le...

  • Ici (4), de Yannick Torlini

    30 mars 2013 ( #Textes )

    encore dans l’appréhension et, chaque instant qui passe chaque : souffle, ou plutôt redouter ici le déroulement redouter oui, le moindre craquement d’os. la moindre dislocation d’un mètre + un mètre + un mètre. au plus sombre de la nuit, de la terre et,...

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Présentation

  • : Tapages
  • Tapages
  • : Tapages, c'est les attardés de l'avant-garde. Tapages, c'est du réchauffé, parce que la cuisine c'est pas notre truc. Tapages, c'est ceux qui croient qu'on a encore un corps en état de fonctionner. Tapages, c'est ceux qui pensent que le poème est un corps en action.
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories