Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 20:18

 

 

 

 

Numeriser-3.jpeg

 

 

 

 

 

je cherche, le corps, dans, l’asthme. je cherche. je trouve : le souffle. peut-être. je trouve. la respiration. la respiration, dépasse le : poumon. dépasse. troue. elle dépasse. l’écriture le corps. dépasse. l’asthme. l’asthme. l’asthme. est le corps, en vie. mouvant. asthme. asthme. je trouve, asthme, la, respiration de : asthme : la pensée. asthme. la pensée de corps. asthme. l’asthme je : me survis. la respiration de : asthme. je me survis.

 

 


dans le geste : je, m’étouffe. tousse. m’étouffe. bronches : resserrées : je m’étouffe. et comment, l’oxygène, se bloque, dans mes : conduits. je m’étouffe, en parlant. je me survis je : m’étouffe. tousse. ça bloque, ne passe pas. nous y sommes, dans l’entre nous : sans respiration. parole ventoline : ça bloque. je m’étouffe, entre nous. respire, respire pas. je : me survis. je : m’étouffe. ventoline.

 

 


 

je respire : entre. par, à-coups, je : respire. respire entre : les trous. perce. je respire entre : les poumons, perce, je respire. c’est : insuffisant. je respire, dans chaque, parcelle, de ma chair. perce. je respire : entre mes, trous, dans mes : entre. je respire, dans l’intervalle. je respire, sans me : survivre. j’atteins, une, respiration, de la, vie : je respire, en parlant. perce. je : respire, en vivant. sans me : survivre, entre, les trous. je respire. entre, mes organes, mes dents, ma langue. entre ma langue : malangue. je respire. ma langue, respire. je vis dans : je respire.

 

 

 


Repost 0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 22:27

trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou trou 

Repost 0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 12:12


« 

Qwa ke vou écrivié évité la bassess

Le stile le + noble a pourtan sa nobless

O mépri du bon sens le Burlesk éfronté

Trompa lé yeu dabor plu par sa nouvoté

[…]

Surtou qd vo écri la langue révéré

Dan vo + gran excé vou soi toujour sacré

En vin vou me frapé d1 son mélodieu

Si le term es impropre ou le tour vicieu

Mon espri nadmé poin 1 pompeu barbarism

Ni d1 ver ampoulé lorgueilleu solécism

San la langue en 1 mo loteur le plu div1

Es toujour koi kil face 1 méchan écriv1

[…]

C peu ken 1 bouqu1 ou lé fotes fourmille

D tré despri semé de tan en tan pétille

[…]

« De ce ver diré vou lexpretion es a chié 

A Mr pr ce ver je te demande grace

Répondra til dabor Ce mo me semble froi

Je le retrancheré C le + bel endroi !

Ce tour ne me plé pa Tou le mde ladmir ! »

[…]

AT vou lentemen é san perdre courage

20 foi sur le métié remété le bouqu1

Policé le san cesse et le repolicé

Ajouté kelkefoi et souven éfacé                               »

 

 


 

Repost 0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 18:29

 

 

 

 

 

 

 

je ne me survis pas : je m’entortille. autour de ma langue : je m’entortille. autour de tout, ce que ma langue ne dit pas : je m’entortille. je : ne me survis pas : ma langue s’entortille, autour de toutes les langues. je m’entortille. ma langue s’entortille : jusque dans la malangue, s’entortille, je ne me survis pas, s’entortille, jusque dans la malangue, s’entortille. dans la malangue de rien, je : ne me survis pas. jusque dans la malangue, je : m’entortille, autour du vide.


 

 

 

et si : je me survis, si. me survis, un peu. et si : encore, si nous. si nous, dans la malangue, si nous, le chacun. un peu. si : je me survis, dans les trous. nous. les trous, du parler : gorge, bouche, poumons, tête. des trous de la langue, nous. un peu. des trous, dans le parler. si : je me survis, le parler, la langue, nous. si nous : dans les trous, nos survivances. un peu. si nous encore : nos persistances, dans le trop-plein, des trous. les trous, pleins du trou, de la voix. nous.


 

 

 

je : me survis, dans le plein, des trous. nous : au milieu. nous. entre les trous. nous. dedans. au milieu. tout au milieu, au centre : nous. nous : dans le milieu, des trous. nous. nous survivons : entre le je, et le tu, de la malangue. les trous. nous, échappés des trous, au milieu, de je tu, la langue. nous. des trous. je me survis. au centre. nous. nous. nous. dans le : je me, survit. loin (au fond) des trous. nous.

 

 

 


Repost 0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 12:36

 

 

 

Aidez-nous à soutenir le CiPM de Marseille, dont les subventions ont été amputée de 30000 euros pour 2011 (ce qui signifie licenciements, difficultés de fonctionnement, voire menace quant à la survie du centre...)

 

ça se passe ici

 

Repost 0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 11:58

 

 

 

 

Poeme_express1.jpg

 

 

 

Repost 0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 11:46

 

[maïnawa psssss]

 

 

é la pardola ilaro ravalé

psilaro psssss

alawa alawa si

alawa alawa si barto né è

barto si psssss

èstoléwa é lewala la

vitoga

é ta wa a

ta i sadw i

sardolaka si té wa

samaa si té vassama so

kémé ma kémé

kémé ma kémé

kémé ma kémé

kémé ma kémé

 

va sekè vala davia si

è vadania si si

é manomia saté lwba

manomia satéyé

satéskev

é satébèc

satéxxxé é manomia

èc kéwé

èc kéwé mé

èc manomia èc

 

pa parlora wa

soluta gawacla si gawacla

kawa si psssss

valoma ré sitemala ré

békowa

ta

twaïné mé si psi

èï èï èï

 

ma siloré danawa

cwga nelerè na sowo

nbw sitano

nbw è nbw é

avtw sinatvü

partomèla è twa è katatwa

è twa dé manwka psssss

 

psssss è texxxxxé

 

vladom inotora léta

masto

ta saïn ta saïn

è taxxxè sadw

 

sala mé salajalawa ètüntü bakewari riii

moloko vladi è t üntü www

 

maïnawa

maïnawa rwzina rwzzz

è psssss è si

urwz intéwa è 

maïnawa mérwna ru

lelola in uterwa

ééè èèé

 

maïnawa

maïnawa psssss

 

 

 

 



Travailleur du lalangues, Franck Doyen fait partie de cette génération d'auteurs ayant rencontré, digéré et intégré les histoires des poésies (sonore, visuelle, concrète, -action, performée, numérique...). Ses travaux sont toujours le lieu de questionnements sur les implications de l'engagement d'une vie en écritures, et sur la dimension sociale et politique de celui-ci.
Depuis un an, son écriture utilise aussi le média photographique avec lequel, aussi, il décale les repères signifiants et les distances d'énonciation, et procède par série : il met ainsi à jour et en abîme d'autres lieux, d'autres réalités, d'autres langages (d'autres lalangues).
Invité régulièrement à lire ses travaux dans des manifestations ou des lieux de littératures et d'arts contemporains, ses textes y subissent un certain nombre de traitements (vocaux, sonores, performatifs...) : plutôt que de lectures, il s'y agit de lectes&ures.
Il travaille en collaboration avec performer, plasticien, improvisatrice vocale, plasticien sonore – notamment au sein du Collectif ET.


Ses ouvrages de poésies :


. Inventaire de début du jour, Atelier de l’Agneau (2011)

. BIObio - un désastre autobiographique, Propos/2éditions (2010)

. VOUS dans la montagne, VOIXéditions (2008)

. EC / rire au moment où, L’Atelier de l’Agneau (2007)

. Lettres à la Première Bosse, Propos/2 éditions (2007)

. L’arrache-lino, éd. Contre-Allées (2005)

. Jacques ESSE - Journal d’un pêcheur de frites, IdP éditeur (2004)

. Jardins, Atelier de l’Agneau (2002)

. Le MondeFuite, Éditions de l’Heure (2002)

 

 

 


Repost 0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 11:13

 

Nous signalons la parution, sous peu, du numéro 142 de la revue Florilège, auquel participe Yannick Torlini.

 

Pour le sommaire et pour savoir comment vous procurer la revue, c'est ici

 


Repost 0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 14:38

La lune un jour quand je suis parti quand je suis parti à la montagne j’ai vu la lune qui pleurait et qui riait et quand je l’ai vu pleurer j’ai vu que ça existait pas et comme ça existait j’ai ri je ne savais pas que ça existait c’était la première fois que je voyais ça comme le loup dans la chambre je connais des enfants qui ont peur du loup ils croient que c’est un vrai loup moi j’ai pas peur je sais que ça existe pas les vrais loups la nuit ya pas d’oiseaux pas d’chiens ya même pas d’arbres et puis je peux pas mourir ya des gens qui meurent pas surtout s’ils mangent bien ils peuvent pas mourir et puis la mort c’est qu’on vit plus qu’on est plus debout on est toujours par terre et moi je dors dans un lit avec la lune au dessus c’est pas la vraie lune j’ai pas le droit mais la vraie lune elle est plein de petits trous yen a même des gros sur la terre ya que des bosses ma grand-mère elle est comme la lune elle se maquille pas ça fait peur mais je l’aime bien la lune et les étoiles ça brille on peut les toucher avec le doigt sauf quand il pleut quand il pleut c’est tout flou il faudrait des lunettes j’en ai pas je demanderai à Noel pour voir quand c’est flou la nuit j’ai pas peur que c’est du rêve le jour c’est vrai et on doit aller à l’école et se brosser les dents la nuit on mange du chocolat le jour aussi mais c’est pas pareil on peut pas en manger beaucoup je rêve que des belles choses la lune c’est beau et puis c’est tout blanc comme la neige on peut faire des bonshommes de lune avec des carottes c’est le voisin qui nous donne les carottes on en mange après pas celle pour le nez celles pour manger le voisin il est agriculteur il a des vaches ça fait meuh j’aime bien les carottes alors je dis rien ça rend aimable mon voisin il doit en manger beaucoup parce qu’il est gentil ma maman dit que la carotte elle rend les fesses roses mais elle ment les fesses elles sont déjà roses et puis c’est pas vrai ya des choses que je comprends pas c’est quand qu’on est grand on comprend tout  c’est ma maman qui dit ça mais je la crois pas parce qu’elle est balayeuse et que si qu’elle serait grande elle serait présidente et puis ya que le président il est petit alors je comprends pas mais j’aime bien ma maman et puis aussi le chocolat de la nuit et les petits beurres et puis la lune parce qu’elle est triste et les étoiles qui bougent c’est tout

Repost 0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 12:14

 

 

 

 

je m’évite je     me proche     rapproche     évité     raccroché décroché je     m’évite je     me parle dans     l’évitement de je parle     je dis parfois des choses justes     j’évite je     m’évite dans mon quotidien je     me vis au quotidien mais     pas aujourd’hui     pas aujourd’hui je m’évite dans     ma vie d’évitements     je me dévie     je me dévide     ça déroule raccroché décroché presque je     pas moi     dis non oui     presque je     pas moi     j’évite j’     évite d’éviter je vite     je vite pas le temps je     vite au quotidien traîne lent ralenti relent de moi     je m’évite     de me rencontrer     je m’évite dans la rue au travail     dans ma langue je     m’évite je m’évite de me parler je m’évite     pour ne rien dire     j’évite     de me parler en face à face     je     m’évite     au fond de mon corps évité     évite     je me vis au quotidien mais     j’évite     mais     pas aujourd’hui     je m’évite

 

 

 


Repost 0

Présentation

  • : Tapages
  • Tapages
  • : Tapages, c'est les attardés de l'avant-garde. Tapages, c'est du réchauffé, parce que la cuisine c'est pas notre truc. Tapages, c'est ceux qui croient qu'on a encore un corps en état de fonctionner. Tapages, c'est ceux qui pensent que le poème est un corps en action.
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories