Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 21:57

 

 

 

Vient de paraître aux éditions Leda : Le mal des chiens, le premier roman de Yannick Torlini.

Le livre est disponible directement sur le site de l'éditeur.

http://editionsleda.fr/parutionslittera/index.html

 

 

couverture mal des chiens - copie

Résumé :

 

 

Le mal des chiens n’est pas un roman, mais la possibilité d’un roman qui se fait attendre : celui d’une époque et d’une communauté des hommes qui s’embourbent dans le silence, le ressassement, l’immobilisme, la perte de liens. Personnage après personnage, voix après voix, non-histoire après non-histoire, chaque chapitre est une recherche du poème (du geste vers l’autre) qui semble ne jamais venir, une recherche de la langue personnelle et commune, enfin réinventée, dans une société qui peut désormais se passer du poète et de l’humain.

 

Le mal des chiens n’est pas une histoire, mais une actualité.

 

 


Repost 0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 22:05

mercredi_12_octobre.jpg

Repost 0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 18:48

 

 

 

 

chroniques-errantes.jpeg

 

 

Dans le numéro 39 de la revue Chroniques errantes et critiques (publiée par l'Atelier de l'agneau) consacré au corps, vous pourrez retrouver quelques textes de Yannick Torlini.

La revue est à 8 euros.

 

http://www.at-agneau.fr/

 

 

 

Repost 0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 14:56

 

 

 

tu t’éveilles au son de ce qui ne viendra pas. tu t’éveilles encore au milieu de tant et tant et tant de. tu t’éveilles encore matin dans ce matin concédé à l’attente d’un ressassement. tu t’éveilles. à nouveau. tu t’éveilles c’est un jour quelconque à nouveau, non ouvré, indéfinissable à nouveau, quelconque. c’est un jour quelconque, tu t’éveilles, tu attends.

c’est un jour quelconque, compliqué, identique, compliqué, compliqué, compliqué, tu t’éveilles identique dans ce jour sans cesse. compliqué, brisé, ressassé, tu t’éveilles dans ce jour identique aux autres jours identiques, compliqués.

c’est un jour quelconque, tu t’éveilles à une heure quelconque, d’un rêve quelconque, tu t’éveilles et c’est le matin, l’attente du ressassement à venir, à nouveau. c’est le matin, le ressassement, tu t’éveilles c’est le matin, perdu dans tant et tant et tant de, c’est le matin, tu t’éveilles. ta langue se traîne dans ta bouche c’est le matin. ta douleur se traîne dans ton corps, ton sang dans tes veines, tes pensées dans ton cerveau défraîchi, c’est le matin, tu t’éveilles. sous ta fenêtre les moteurs et les cris et les allées et venues et les rideaux métalliques et les cafés. perdu à nouveau dans tant et tant et tant de. c’est le matin. comme chaque matin tu t’éveilles : c’est le matin, tu t’éveilles, dans un ressassement qui te poursuit depuis tant d’heures de minutes de secondes d’années de siècles.

c’est le matin, tu t’éveilles, tu passes la nuit et passes le jour et traverses la vacuité de cette lumière qui filtre peu : c’est le matin à travers les persiennes. tu traverses ta vacuité en sifflotant, par habitude, par acceptation, par tranquille désespoir. c’est le matin, tu t’éveilles, tu traverses la vacuité d’une vacuité. tu sifflotes dans ta tête lourde, tu penses difficilement.

c’est le matin et tu t’éveilles et te dis que tu as trop bu, encore trop bu, encore trop bu, encore trop bu, qu’il est tard malgré tout, que ton corps est douloureux, encore douloureux, que la journée est libre, que c’est là le contraste entre hier et aujourd’hui puis demain, qui constitue le point redoutable du salariat entre hier et aujourd’hui puis demain encore. tu t’éveilles, entre hier et aujourd’hui puis demain, tu t’éveilles, c’est le matin, tu te dis que ce contraste avec la journée laborieuse de demain te rends déjà le moment présent insupportable, insupportable,

insupportable.

c’est le matin, tu t’éveilles, dans un matin insupportable et non-ouvré et toujours moins douloureux que le lendemain qui suit sans cesse. auourd’hui toujours moins douloureux. aujourd’hui toujours moins douloureux. toujours moins douloureux que le lendemain. toujours moins.

toujours moins.

toujours moins.

toujours moins.

c’est le matin tu te réveilles engourdi la bouche et le cœur pâteux, c’est le matin, engourdi, ton sommeil cloué dans les draps, tes muscles ramollis pris dans l’étau de la torpeur. c’est le matin, tu t’éveilles encore, cloué dans ton quotidien, cloué dans ton sommeil, cloué dans ta vie, cloué dans ton salariat week-endisé. c’est le matin, tu t’éveilles, ton corps une masse informe sous les draps 80% coton 10% acrylique 10% coma. ton corps une masse informe et lourde et transpirante et aigre, acide. c’est le matin ton corps une masse informe et aigre est le poids de tous les matins éveillés.

tous les matins.

tous les matins acides et puants et comateux attentes du salariat routine et tramways. ton corps reflet du moment, d’une époque, d’un passé, d’un futur, d’une génération. ton corps reflet. ton corps reflet de toi-même, ton corps ta propre ombre. ton corps est là, puant, transpirant, reflet, ta propre ombre, ton propre reflet, tu t’éveilles dans l’odeur de ce matin identique à tous les matins toutes les nuits tous les possibles. puant, et puant encore, tu t’éveilles hagard, lent, lourd, dans une époque hagarde, lente, lourde, identique. tu t’éveilles et t’éveilles et t’éveilleras encore identique dans ces jours identiques.

tu t’éveilles, c’est le matin, les draps 80% coton 10% acrylique 10% coma en vrac. tu t’éveilles, étires une jambe, puis l’autre. étire un bras, puis l’autre. étires une pensée, puis l’autre. tu es la difficulté dans ce matin.

tu t’éveilles, c’est le matin, se lever est le premier but insignifiant de la journée, parmi des milliers d’autres buts insignifiants de la journée. tu t’éveilles, t’étires, bâilles peut-être, te lèves, draps et corps en vrac. c’est le matin. draps et corps et pensées en vrac.

comme tu heurtes le sol de tes pieds,

comme tu arpentes la pièce,

comme tu arpentes,

comme tu titubes,

comme ton estomac te pèse,

comme tu te diriges vers la salle de bains souvenir de cuite,

comme tu t’approches de la porcelaine,

comme tout ton corps se tord et se tend pour rendre, souvenir de la nuit, nuit dans le matin, nuit dans le matin, nuit dans le matin.

tu poursuis enfin ta déambulation d’espace en espace, de pièce en pièce, de souvenir en souvenir. tu poursuis ta déambulation et descends l’escalier, tu poursuis ta déambulation marche après marche, tu poursuis ta déambulation douleur articulatoire après douleur articulatoire, nausée après nausée. tu poursuis ta déambulation jusque dans salon puis cuisine puis évier pour boire eau

+ eau

+ eau

+ eau

+ eau.

tu poursuis et ouvres la porte du réfrigérateur. tu poursuis et t’aperçois que la faible ampoule éclaire un vide. tu poursuis, refermes la porte, tu poursuis, et décides que ton prochain but insignifiant parmi tant de buts insignifiants sera la recherche de nourriture à travers la ville et l’absence de ville.

 


Repost 0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 19:13

 

 

 

 

ça se passe dans le numéro 7 de la revue en ligne Barillet et c'est ici

 

 


Repost 0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 18:00

 

 

Eau terre sang

Mes yeux regardent à l’intérieur

Traversent les dimensions

Infiltrent paroi amniotique

Jusqu’aux alvéoles et replis multiples

Invente excroissance

Antennes prothèses translucides

Ombilicale raciné

Cheveux volubiles cherchent lumière jusqu’au plafond

 

Synapses externes en mouvement tressées Salées

Glisse l’eau ruisselante

Langage parti

Mots échappés

Désolidarisés

 

Mes organes en vrac

Borborygme de nœud.

Sac d’os dans membrane psychique

Comme un poisson transparent

Poumon en surimpression

 

 

 

Antique Désir amer

Sous les feuilles et coquille vides

Alter trou

Minuscule geste animal

Cri déformé

Phonème triste

Vide fécondé

Giclent les mondes

Flaque des possibles

Source de mon corps

Se mélanger à la cage

 

Chair grise flottante perdue

Extrait organique conscient

Encore là mais Presque plus

 

Rêve de chien de femme et d’escalier

 

Surgit fantomatique

Silhouette effigie inconnue

Pantomime flasque

Projections homoncules

Zig Zag mime burlesque

Tente de me faire sourire

Touchant

Merci

 

 

Fini de pleurer

Résigné

Mourir

Point

 

 


Repost 0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 08:30

 

[...]

 

 

« Tout corps persévère dans l'état de repos ou de mouvement uniforme en ligne droite dans lequel il se trouve, à moins que quelques forces n'agissent sur lui, et ne le contraignent à changer d'état »

 

La trajectoire normalement linéaire devient circulaire, question de géométrie.

En somme, petit poisson dans bocal sur étagère-bois-reconstitué, cherche le trou de ver.

À l’heure précise, jem’arrête.

Sortir de la voiture et…

 

Scruter le ciel.

 

 

Posture du mort sur tumulus,

Sensations tridimensionnelles du relief modelé du corps et Petits cailloux dans le dos.

 

Se recentrer.

 

De l’herbe dans les oreilles,

Et stéréophoniques sons de nuit Multipistes :

ronron tellurique + effervescence vie nocturne petits insectes + intermittents crisStrigiformes

ça hulotte et effraie en même temps.

 

Lumière fossile, étoiles pop corn fusent.

Mate le film à l’envers

Vieux son de vinyle

Tempo pulsars

Ballet de Cadavres stellaires, nébuleuse et naines multicolores.

Satellites-espions-en-orbite.

Étoiles filantes sous opiacés, point en mouvement, graphisme lent.

 

Me sens observé.

 

Rythme cardiaque perturbé ; on le serait à moins. 

Envois signaux lampe de poche

ta titita, tati ti,  tata titatatati tita ta ta titati tita titatati ti titati tita tititi,  titatata tita tata tita titi tititi !

Tu ne m’attraperas jamais ! En morse.

 

Le temps de fermer les yeux

l’étrange se manifeste

 

Dents luminescentes dans la nuit.

Gestuel superflue.

Voix posée, tressautement adolescent fin de mue

 

 

 [...]

Repost 0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 09:49

& babil me jette babil me

&
construit absorbe parle

& me g l i s s e absorbe babil

& me poursuit corps dans

&
chaque pierre dans vie dans

& vie dans la vie babil jette

& troue passe continue
cherche


Repost 0
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 19:03

 

 

 

Revue très sympa, dans laquelle vous pourrez retrouver Yannick Torlini, Christophe Esnault, Mathias Richard, Antoine Emaz, Edith Azam, Julien Blaine, Jean-Pierre Bobillot, Julien Blaine... et beaucoup d'autres !

Pour commander, c'est par ici : 

http://ferocemarquise.org/ouste.php

 

 

 

ouste19.jpg

 

 

Repost 0
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 19:28

encore et encore la rugosité gorge ___
_____________________________



encore et encore la rugosité langue __
___________________
zone libre


se convaincre d’un geste l’œil
dans l’œil regard dans la
convexité de l’image terre et
caillasse et gravier et pierre
e
t enjambées parcourir la courbe
malangue creuse courbe plie
ride toute convexité perte
de la _________ ligne droite _________ se
convaincre l’œil d’un geste



. convaincre l’œil d’un geste
dans l’œil-geste caillasse
.


dépasser la caillasse de l’image puis
de la parolangue ___________________
.


.

 


Repost 0

Présentation

  • : Tapages
  • Tapages
  • : Tapages, c'est les attardés de l'avant-garde. Tapages, c'est du réchauffé, parce que la cuisine c'est pas notre truc. Tapages, c'est ceux qui croient qu'on a encore un corps en état de fonctionner. Tapages, c'est ceux qui pensent que le poème est un corps en action.
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories