Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 11:51

sur la berge encore ne pas /// ou encore ///////////// dirécrire tu t’es assise ///////////// instants après instants coulaient //// aux petits matins /// aux petits matins le vent toujours ///// la berge //// aux petits matins ////// ne pas dirécrire /// ton attente ces grands oiseaux qui passent lourds //// ces grands oiseaux la déchirures /// des archipels dans /// sur la berge //// tu t’es assise pour //////////// ne plus repartir

 ces petits matins jours après jours ////// sur la berge où tu ne peux /// plus quoi d’autre regarder quoi d’autre //// ces archipels d’oiseaux //// déchirer l’instant déchirer le ////// regarder dirécrire toujours ne /// plus repartir tu t’es assise //// au beau milieu de ///// tu t’es assise /// en dévorant ta langue et l’absence et //// le mur des dents tu t’es assise // au bord de cette eau sans âge jour /// après jour //// ne plus parler ne plus rien se //////// tairetu voudrais pourtant //// de loin en loin //// poursuivre debout une vie déjà trop longtemps assise et //// la langue tu voudrais ////// pouvoir un jour te relever /// au bord de l’eau ces archipels (oiseaux, déchirures, instants) //////// ces archipels un jour sur la berge ne plus ////// demeurer cette position déjà plus qu’inconfortable ne //// plus //// jamais //// demeurer assise comme tu l’as été dans (pièce, cuisine, pages, lignes, livres)

un jour sur la berge ne plus ////// avoir à détester cette posture //// (matins, recommencements, fatigues ouvrables) //// une jour ne plus rien d’autre //// dévorée par ces archipels d’oiseaux de désastres de langues //// ce parler catastrophique à chaque instant tu //// te tiens assise tu te tiens /// immobile tandis que ///// à chaque instant ///// depuis le mur des dents /////// l’attente guette

ne plus avoir simplement à ///////// détester ce que tu es devenue ce que tu as //////// abandonné dans cette posture //// assise et repliée et immobile et //// la fatigue repliée /// dans l’attente ces archipels ton corps assis ////// à rassembler toujours et chaque matin /////// toujours et chaque matin ///// toujours et chaque matin ne pas cesser persister

rassembler oui et ô combien chaque bout de chair ///// chaque résurgence de langue balayée ////////// chaque morceau de toi par le courant ///// par ces grands oiseaux nocturnes oui désormais tu t’en aperçois ////// et ces archipels de cicatrices (secondes, minutes, heures) //// tu t’es assise pour ne plus avoir à //// te relever tu t’es assise et maintenant que faire d’autre

rassembler ressembler la fraction du ////// pierre + pierre + pierre + eau ///// tu t’es assise au milieu du jour /// tu t’es assise au désastre pour couler ne plus avoir à //// depuis ces oiseaux de nerfs ces /// archipels qui te déchirent ne plus avoir à ///// regretter cette vie qui te mène et /////// ta résurgence balayée la langue ////// de ceux laissés sans rien(s) //// à attendre ///// que le vent passe

toujours et chaque matin recommencer à /////// toujours ///// et chaque matin //// dans le criertaire dans le //// tu t’es assise au bord de l’eau assise ces archipels ////// de boue noire bocage forêt quelques ///// toujours encore cette posture déjà trop basse /// et les grands oiseaux de vent encore quelques ///// depuis ce jamais qui te sert /// d’antichambre toi à attendre /// au milieu de //////// te faire dévorer par //// toi à attendre dévorer la //// langue attendre encore


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Tapages
  • Tapages
  • : Tapages, c'est les attardés de l'avant-garde. Tapages, c'est du réchauffé, parce que la cuisine c'est pas notre truc. Tapages, c'est ceux qui croient qu'on a encore un corps en état de fonctionner. Tapages, c'est ceux qui pensent que le poème est un corps en action.
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories