Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 18:52

Please don’t let me be misunderstood


Je voit dans ton visage un œil

Qui voit dans mon visage un œil

Qui voit un œil dans tous les visages

Et je regarde le silence de cet œil

Démultiplié autour de toutes ces bouches

Closes

Je n’existe pas dans le reflet de ton œil

Ni dans ta bouche morte ni dans aucune bouche

Ni aucun œil le mur est muet l’arbre sec

La chandelle éteinte et je ne sait pas qui

Ecrit ces lignes courbes sur une page

Aussi inexistante que moi

 

Please don’t let me be misunderstood

 

Tu es obligé de voir ma face cachée

Le vide au creux de l’œil silencieux

Qui n’a pas de langue la bouche

Grise inexpressive qui se cache

Dans le rouge à lèvres parce que je

Suis l’humain sans visage qui dit

Je sans savoir qu’il n’a pas de lèvres

 

Please don’t let me be misunderstood

 

Où est-elle la voix de je ? La voix

Perdue dans l’œil noir et le silence

Dressée au creux du visage

La voix gorgée de sang qui palpite

Près de la chandelle fragile et libre ?

 

Please don’t let me be misunderstood

 

J’entends la voix de mon œil s’éclairer

Déglutir et crier que la page est tâchée

De sang frais recouvrant le gris du visage

Qui est tous les visages

 

Ne sais-tu pas que je suis humain ?

You understand me now

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

coline 25/07/2011 22:17



JE t'embrasse sur l'oeil, ne crie pas ...


et il y a un petit coquillage quand même, juste un "^" surnuméraire !



éclaircie 18/06/2011 01:20



je me suis bien fourvoyée, ici, pourtant c'était évident, enfin, maintenant c'est évident.


j'ai du mal à être à l'aise dans les lieux où le cadre me heurte un peu, par sa forme ou parce que je cotoie un auteur en d'autres lieux plus pastel.


merci Jean-David, excuse moi.



éclaircie 17/06/2011 04:57



Bonjour JD Lemarié


quelques coquilles, tu peux sans doute rectifier. (surtout des erreurs de conjug à la première personne du singulier, mais c'est vrai que le JE est perdu , se cherche, cherche une bouche où se
réfigier.


Peut-être un peu trop long et apesanti sur ce Je


MAIS


j'aime beaucoup ce poème om mon Je est encore ému de tes mots.


une voix une gorge, une voie une vie.



Tapages 17/06/2011 17:34



Coucou Eclaircie, le je est en effet étranger, il se cherche, et les coquilles n'en sont pas, la troisième personne est employée intentionnellement pour représenter cette distance.


Merci pour ton commentaire ! : )



Présentation

  • : Tapages
  • Tapages
  • : Tapages, c'est les attardés de l'avant-garde. Tapages, c'est du réchauffé, parce que la cuisine c'est pas notre truc. Tapages, c'est ceux qui croient qu'on a encore un corps en état de fonctionner. Tapages, c'est ceux qui pensent que le poème est un corps en action.
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories