Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 19:11

  Y

  l’amplitude d’un 625ième tiret se replie derrière un 1 225ième fil invisible qui tisse la

      trame d’une 9ième fréquence pour balayer un écran avec le fond d’une 25ième image    

  ampère candela coulomb farad grammes hasart henry hertz joule kelvin kilos lumen lux

      maxwell moi newton ohm pascal pixels seconde Teblhapa tesla volt watt weber 

  j’arpente la température d’une 233ième critique de l’écriture si j’approuve les 25

      énergies saturées d’un inventaire avec la valeur exacte de 52 mesures renversantes

  l’avenir de Teblhapa désigne un 1 231ième couloir d’avalanche nommé par 2 666

      kilos octets naturels qui pèsent 48m93 mesurés avec 1 398 grammes catastrophiques

  l’attrait d’une 25ième pente éternelle emporte Teblhapa dans l’enneigement d’une

      scène mais je roule en boule 51 jeux du hasart à l’aide d’une 233ième page froissée       

  la grâce d’un abcdefghi terreux inspire le labour de 2 666 kilos octets et les mains

      d’un analphabète retournent le clavier d’un écrivain contre un vide sédimentaire

  une ignorance hypnotique abjure l’écriture grâce à un abécédaire car un nombre

      pèse la fermeté doctrinaire d’un ordinateur avant de condamner 3,1 kg hérétiques 

  Teblhapa donne le titre d’un livre chaotique à une 233ième page afin d’articuler une

      interprétation du théâtre sur celle d’un alphabet qui joue avec le rôle d’un chiffre

—  les 26 niveaux d’une 25ième montagne de tirets superposent un ordinateur froid à la

      conscience d’une 9ième majuscule tandis que Teblhapa se détache d’un chaos anodin    

—  16,02 grammes vertigineux sacrifient un cédérom démoniaque aux 676 prières d’un

      ordre divin en formulant la 233ième vision d’un abécédaire prêt à conjurer l’écriture

  Teblhapa attaque 52 rangs fidèles à l’envers d’un monologue et la dialectique d’un 

      nombre parallèle à une définition de l’alphabet se défend contre l’image d’une lettre

  remboursez votre dette envers un sens qui me somme à comparaître devant un tiret

      acquitté de savoir lire la place d’un 9ième spectacle sur le 25ième numéro d’une pièce

  la gestuelle d’un récit céleste entre en contact avec Teblhapa  tandis que je suspends

      un chaos imaginaire à une anagramme qui laboure la terre d’un chiffre concret

  la règle de 26 unités ambulantes codifie un ordinateur interprété par un alphabet prêt

      à fixer un rendez entre 233 pages inspirées et le rôle d’une 25ième scène mécanique 

  je m’apprête à dater mon baptême grâce à la renaissance intemporelle d’un tiret

      péché dans une mise en page qui révèle le sens d’une 16ième limite tautologique 

  âge cycle année décennie époque ère heure jour millénaire minute mois période

      saison seconde semaine siècle

  52 os soignent l’intérieur d’une salle et les 51 interprétations d’une page sauvent

      233 opérations du hasart en orthographiant les 26 spectacles d’un ordre accidentel

  le 642ième choc d’un 9ième coup de théâtre sollicite mon attention si je provoque la

      dérobade d’un clavier frappé par la chute d’un 25ième rideau sur une lettre distraite 

  la 233ième dérive d’un contraste se brise entre les rivages de 1 260 trous tandis que

      l’univers de Teblhapa éclipse les 1 286 constellations interstellaires d’un chaos noir  

  je suis l’acteur d’un ton qui efface un écho du théâtre avec 51 chuchotements émis

      à l’aide de 2 666 kilos octets épanouis sur la 9ième position d’un alphabet inaudible

  inavouable incommunicable indéfinissable indescriptible indicible inénarrable

      inexprimable ineffable inracontable 

  1 266 interlignes en paix avec un 233ième drapeau hissent un 25ième vide théâtral au-

      dessus d’une encre décidée à interpréter le souffle d’un 9ième dictionnaire belliqueux  

  261 632 octets passés au crible par 17 156 mots extatiques mélangent 48m93 avec

      1 398 grammes pour calibrer les 932 coins d’un abcdefghi sur un 647ième tiret exact

  les 26 empreintes d’un clavier soutiennent les doigts d’un acteur à l’aide d’une encre

      traquée dès que j’identifie 51 traces criminelles grâce à une unité qui fuit l’écriture 

  une 25ième scène piégée par le reflux d’un 9ième radeau artificiel s’abandonne au va-

      et-vient de 52 planches au risque de figer le mouvement de 51 naufrages théâtraux

  l’âme d’un 650ième trait télégraphique sauve 1 299 lignes codifiées par un alphabet

      qui expédie une écriture en détresse sur 26 lettres filées par un chiffre urgent

 

 

 

 

La lettre I, intitulée «Théâtre — », présente 52 lignes et 51 interlignes introduites par 26 tirets dans chacune des 26 pages, ainsi qu’un nouveau nom d’acteur, en italique, qui est toujours une anagramme du mot « alphabet ». La pagination se déroule en haut à droite et en bas à gauche afin de suggérer un jeu de cartes. Chaque page contient neuf tirets gras qui devancent une réplique écrite à la première personne. Un tiret disparait devant la dernière phrase qui se termine sur un mot écrit en rouge qui annonce la lettre J.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Tapages
  • Tapages
  • : Tapages, c'est les attardés de l'avant-garde. Tapages, c'est du réchauffé, parce que la cuisine c'est pas notre truc. Tapages, c'est ceux qui croient qu'on a encore un corps en état de fonctionner. Tapages, c'est ceux qui pensent que le poème est un corps en action.
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories