Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 17:21

 

 

 

Isohélies, c'est le premier recueil de poèmes d'un jeune auteur : Jean-David Lemarié. Et prometteur, le recueil ! (mais ça, vous aurez l'occasion de le constater par la suite, sur Tapages et ailleurs...)

Isohélies, c'est avant tout une technique d'infographie faisant écho au travail du poète. Va pour la métaphore visuelle. Mais il y a plus que ça : lors de la lecture, j'ai pu constater que le recueil de Jean-David Lemarié opère, au fil des pages, un retour à l'oralité originelle de la parole, que ce soit par des hommages à la chanson, des jeux de mots (même si le terme est réducteur), ou bien par des tentatives de matérialisation du son grâce à la typographie (comme dans "Ricochets sonores"). Il y a une volonté d'incarnation de la voix qui parcourt tout le livre et – dans une époque où les livres justement se meurent dans la poussière et les rayons silencieux des bibliothèques – le geste est plus que jamais le bienvenu : 

 

"Il tâtonne, il se tend, il se gonfle, il s'épand, poète, il s'éprend, de son monde intérieur, ailleurs, dans les méandres de son âme, constellée d'étoiles confites, il profite du rien pour créer amateur : il s'adonne, il se donne, amant, narcisse, il se ploie et se tend, la bâtisse se plisse, les rides se déploient et l'Univers s'étend." (p. 7)

 

Jean-David Lemarié nous sort de la simple page, pour nous offrir une matérialité engendrée par le corps et sa voix. Le son devient le moteur de l'écriture, sans pour autant laisser de côté la profondeur du poème. La voix, ses tâtonnements, ses bégaiement apparents, donnent lieu à un rythme assuré, martelé, presque physiologique, reflet du corps de l'auteur : il y a profération. C'est le réel qui est en jeu, et notamment la saisie du monde par le mot, comme dans "L'Abécédaire Subréaliste" (p. 17), qui tente de faire coller la lettre aux choses, et de créer ainsi une langue qui serait également un poème-monde.

Mais, malgré cet aspect expérimental, les poèmes atteignent tout de même une forme de lyrisme fragmenté et fragmentaire. Lyrisme lucide, dirons-nous (comme dans "Espérance"), où la matière autobiographique n'est jamais absente, et parfois sujette à l'humour : 

 

"Je me suis tour à tour
Appelé Innocence
Passé l'adolescence
Où je cherchais l'amour
J'étais Célibataire
L'âge venant je fus
Nommé Lemarié 
Puis le Vieux Grabataire
Ou El Desdidacho
Et c'est au cimetière
Où maintenant je crèche
Qu'on m'élut Vieux Débris
Bonne Brèche, ou Tas d'Os

Amoureux Econduit
Et rien qu'un peu de terre

Ô girouette des noms !" (p. 21)

 

Le recueil de Jean-David Lemarié, jusque dans une expérimentation poétique poussée, reste totalement et profondément humain, à la dimension de son auteur. Et même si le texte offre ça et là quelques belles envolées ("J'entends le son du temps qui disjoint les espaces" p. 7), le corps n'est jamais oublié : les pieds restent toujours ici, sur terre, dans la matérialité, lieu d'exploration du poète.

C'est que nous sommes tous faits de chair et de son.

 

 

Yannick Torlini

 

 

 

29136 386769041539 345382081539 4402914 2587507 n

 

 

Jean-David Lemarié, Isohélies, Editions du petit véhicule, Nantes, 2009.

ISBN 978-2-84273-726-9


 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yannick T. 02/01/2011 12:32



Du grand art !



Phoenamandre 02/01/2011 11:36



Gnarf ! Un chef d'oeuvre



Présentation

  • : Tapages
  • Tapages
  • : Tapages, c'est les attardés de l'avant-garde. Tapages, c'est du réchauffé, parce que la cuisine c'est pas notre truc. Tapages, c'est ceux qui croient qu'on a encore un corps en état de fonctionner. Tapages, c'est ceux qui pensent que le poème est un corps en action.
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories