Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 12:06

 

Ja, chère madame !

 

et chaleureuse à l’entrejambe hospitalier

sait-il comment elle dit

          côté jardin la femme pénétrée emplissait tout

sur l’image cependant il cherchait le

vaisseau fantôme parmi quelques fleurs

rangées en bouquet de circonstance sa fête

on la lui souhaitait à foutre promptement

          côté jardin la femme pénétrée…

il négligeait la géographie du visage

l’intérêt portait là où la végétation se faisait

dense

          emplissait tout

il trouait comme pour se débarrasser d’une

proéminence encombrante volume verbal

hypothéqué

là de deux choses l’une ou elle

s’agenouillait ou elle baissait les bras la capiCulation 

loin d’eux le jardin défait divisé en quatre

carrés

et soupçonneuse elle flairait l’air tandis que

le chien du jardinier venait mal cultivé

lécher ce qui restait en jachères la clôture

cernait un cul façon propriété privée Eintritt verboten

          la femme venait de s’ouvrir

il la cueillait au passage il payait un prix

forfaitaire comprenant toutes les entrées et

sorties à partir de là il ne justifiait plus rien

d’un jardinage intensif

ne lui restait plus qu’à germer ainsi qu’au

bon vieux temps des haricots dont la fin

l’avait rempli de nostalgie

à séparer les cotylédons un matin comme il

achevait de l’arroser elle lui dit en son

patois

          j’crois bien que tu m’pisses…

et sur le champ de la solliciter à l’orée du

jardin après l’ondée du matin le soleil

maintenant accélérait la germination

elle restait à quatre pas d’ici à quatre pattes

dont deux brasposition qu’elle avait pu

voir dans un film particulièrement

pornographique et qu’elle s’efforçait de

maintenir tandis qu’il lui visitait le cul de

son membre fondateur la chevauchée

fantastique cavalier et monture

participaient avec la même fougue

lui le roturier maniant sans emphase

l’bagage héréditaire fichtre encore fallait-il

décoincer proprement annoncer la couleur

avec modération

          dans la couche des salades énormes

et chaleureuse à l’hospitalité touchante sait-

il comment elle gît

          côté banquise la femme surgelée dépeuplait tout

sur la scène déchargée des effets décoratifs

il mobilisait encore quelques regards

attendris

mais elle déjà ne jouait plus la comédie ses

jambes donnaient sur le soleil levant

véritable tirelire toute fente à part 

et dévoreuse à la bouche gourmande

          la femme pénétrée broutait tout

 


 

Alain HELISSEN

 

Nous remercions chaleureusement Alain Helissen pour cette contribution et son soutien

Partager cet article

Repost 0

commentaires

albin 25/02/2011 11:16



jardin secret tant et tant ou pas tant que ça finalement en tout cas épatant



Danielle 19/02/2011 15:32



Enthousiasmant.



Présentation

  • : Tapages
  • Tapages
  • : Tapages, c'est les attardés de l'avant-garde. Tapages, c'est du réchauffé, parce que la cuisine c'est pas notre truc. Tapages, c'est ceux qui croient qu'on a encore un corps en état de fonctionner. Tapages, c'est ceux qui pensent que le poème est un corps en action.
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories