Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 12:00

 

 

 

 

j’ai dis viens

dans ma cuisine

et je le disais sur un très vieil

air de blues

ainsi ce qui passait

de bouche à oreille ici prenait l’air

d’une réalité concrète

car entre toi et moi

un siècle pouvait faire défiler ses images

de vaguement le règne du bois

la terre

battue

le formica le béton

la révolution souriante des arts ménagers

le rustique aussi remonté

de bouche en bouche jusque dans

les gestes cadencés des usines

le plaqué

le contre-plaqué

l’aggloméré

le lamellé-collé

le faux parle vrai dans la torpeur de l’époque

dans le dialecte des pro-

des post-

et des néo-

l’époque toujours marche au pas

sur n’importe quel carrelage

qu’importe la cadence

on s’adapte on nous a dit

l’adaptation c’est nous et honte

à qui trainerait en route honte

à qui s’arrêterait un instant pour

sous les néons

juste y penser un peu

honte à qui

trainerait la patte moi

j’ai dit viens

dans ma cuisine

et j’aurais pu dire aussi ein Volk

ein Reich

eine Küche

tant ici ce qui se joue encore

c’est la depuis toujours et à nouveau question

de l’identité

mais je laisse brûler mes questions

et nos papiers

ça sent le roussi dès lors

que sur le feu voici ce sont

de très vieille casseroles que nous avons disposées

j’ai dit viens

dans ma cuisine et je sais

que nous avons ensemble quitté tout ce que l’histoire

mijotait doucement sur les quatre plaques ici-même

de notre réunion

j’ai dit viens et le temps

est venu de brûler

une cuisine dans la cuisine

fumée de fumée

notre savoir

notre sagesse

fumée de fumée

notre évidente allégresse à l’idée

que demain nous ferons allégeance

encore

à qui sait

ce que

ce que nous fûmes doit

faire de nous sommes

maintenant

 

oui selon les époques bien-sûr

nous aurions participé à la plasticité tenace des toujours mêmes vieilles lunes

l’histoire ne se répète pas

mais elle fait durer dans l’air du temps qui change toujours l’horreur

toujours la tout autre façon d’accommoder les restes

au goût du jour

notre goût et pas le nôtre

notre jour et pas le nôtre

toujours nos restes

puisqu’il n’y a que ça

puisqu’on nous dit qu’il n’y a que ça

de vrai dans chaque jour les paroles partagées face à face rien

j’entends toujours rien

n’a de sens mais les restes

il n’y a que ça de vrai puisqu’ailleurs au centre tout est fermé

une bouche se tait

mais dieu gargouille nous n’avons qu’à écouter nous n’entendons

que le gargouillis le gazouillis on nous dit

rien

dans la cuisine travail

famille

gastronomie

et tout passe tout dans l’œcuménisme 

du repas du dimanche

l’authentique continue de faire recette

un bouillon-cube dans le melting-pot

et j’entends à la radio l’europe

entière attend cette parole mais j’ai compris d’abord

le repentir

attend cette parole

je me tais

je continue 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Tapages
  • Tapages
  • : Tapages, c'est les attardés de l'avant-garde. Tapages, c'est du réchauffé, parce que la cuisine c'est pas notre truc. Tapages, c'est ceux qui croient qu'on a encore un corps en état de fonctionner. Tapages, c'est ceux qui pensent que le poème est un corps en action.
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories