Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 20:43

Lecture de Jean-David Lemarié

 

 

 

Déchiré

En quelques mots l’utérus

Poème clôt écartelé

Comme un vivant j’éclos

Quand je veux

Où je veux

Pantagruélique

Comme un vivant l’utérus

En quelques mots bien placés

Comme des bombes

Dans les coins qui font des trous

Des grands trous vides

Tout de silence après le cri

J’éclos où je veux

Quand je veux

Je me glisse

Dans  ces grands trous vides

Entre les lignes lambeaux

Je te saute à la gorge

D’un mot tu répands ton sang

Au cœur du poème

Et ça fait comme une nature

Morte

Avec des bourgeons de chair fraiche

On fait des montagnes

On fait comme des amas

Avec le sang

On trace comme des lignes

Comme d’autres bombes

Comme d’autres poèmes

Qui bourgeonnent

Dans l’utérus qui est ton œil

Ton œil est un utérus

Qui fabrique des bombes

Des bombes toutes de silence

Que tu gueules comme un slogan

Les sanglots longs

Suffocants, blêmes

C’est le débarquement

C’est le débarquement

Comme on bat des paupières

Alors !

Avant de respirer

Avant de naitre avant

De regarder sans voir 

Prend ta gorge à pleines mains

Prend là

Comme on étouffe un cri

Attaché au mâts

Avec un tour de plus

En dedans

 

Ça t’apprendra

A te croire

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Baptistine 01/11/2010 16:34



Beau.



Tapages 01/11/2010 22:55



Merci Baptistine, ça me va droit au coeur



ferragu 20/10/2010 17:17


c'est un jeux, c'est un "je" tout en dedans;


Présentation

  • : Tapages
  • Tapages
  • : Tapages, c'est les attardés de l'avant-garde. Tapages, c'est du réchauffé, parce que la cuisine c'est pas notre truc. Tapages, c'est ceux qui croient qu'on a encore un corps en état de fonctionner. Tapages, c'est ceux qui pensent que le poème est un corps en action.
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories